François Delebecque

François Delebecque est né en 1955 à la Baule, France (44).

Etudiant en biologie, il décide de se consacrer à la photographie en 1976 après un stage à Arles auprès de Leslie Krims, Duane Michals, Paul de Noojier et Christian Vogt. En 1983, il est le premier photographe- plasticien pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Son travail est alors distingué par de nombreux prix.

Il expose à la Galerie Agathe Gaillard en 1982, 1985, 1990 et à la Fondation Cartier en 1985. François Dele- becque est également présenté dans différents instituts et centres culturels français, en galerie (BCA Ga- llery Londres, WM Gallery Amsterdam, Galerie Huit Arles,…) et il participe à plusieurs festivals en France et à l’étranger.

Ses œuvres sont présentes dans les collections permanentes de nombreux fonds et institutions dont le FNAC, la BNF, la Fondation Cartier (Paris) et le Musée Cantini (Marseille).
François Delebecque vit et travaille près de Paris.

Démarche plasticienne

Photographe-plasticien, Francois Delebecque cherche à structurer son intime à travers une approche éclec- tique et transverse de l’art. Les premiers travaux évoquent l’origine et la construction de soi : Ces Plis là (1978), Gorilles (1980), Phares (1990-1993).
Lorsqu’il se tourne vers la nature, «souple» (1979) ou «nocturne» (2011), il poursuit sa genèse en appro- fondissant les rapports de l’homme avec son environnement. Il en extrait des motifs récurrents dans toute son œuvre : une nature détournée, composée, contrainte.
D’abord suggéré et magnifié, le corps devient ensuite omniprésent dans l’œuvre de François Delebec- que. Modèles féminins ou autoportraits, nu formel ou mises en scène décalées, le corps aborde le jeu de l’identité et des rapports de force en y intégrant la notion de distanciation.
Malléable, désarticulée, parfois emprisonnée, l’enveloppe corporelle devient introspection humaniste. Pu- dique tout en cherchant une évidente frontalité, François Delebecque joue aussi sur la différenciation de l’identité sexuelle. Source d’onirisme ou de douce brutalité, ses corps nus peuvent être montrés comme s’ils étaient vêtus et arborer l’étendard de l’humour.
Ses photographies sont conçues en séries. Leurs croquis préparatoires traduisent une pratique académi- que de la photographie, sous-jacente tant dans la facture que dans les genres abordés. Ce socle classique soutient un univers où règne une dualité entre élévation des sens et rugosité du réel, réalité onirique et sensibilité proche de la Sehnsucht allemande.
François Delebecque complète sa démarche photographique en construisant des sculptures en acier et en fer à béton : machines aux attractions étranges, hublots, cages, chariots monumentaux. Il réalise aussi des courts-métrages narratifs.

Exposition(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.