Jean-Philippe Charbonnier

La photographie de Jean-Philippe Charbonnier est un regard puissant, sensible, impertinent sur le monde qui l’entoure. Il saisit l’expression profonde de la vie, au coin d’une rue, dans le salon d’une famille ou au détour d’un voyage. Il la saisit sur le vif pour nous en livrer un témoignage sincère. Ses photographies allient le tragique, le comique, l’insolite, avec une esthétique recherchée et parfaitement maîtrisée.

Jean-Philippe Charbonnier (1921-2004) débute sa carrière de photographe sur un plateau de cinéma en tant qu’assistant du portraitiste et photographe Sam Levin.

À Lyon, durant la seconde guerre mondiale, il travaille dans les laboratoires des photographes Blanc et Demilly. Une presse abondante, née dans l’enthousiasme de la libération lui fournit de nombreuses occasions de travail, en tant que metteur en page, notamment au sein de la rédaction des journaux Libération et France-Dimanche. De 1950 à 1974, il devient l’un des piliers de Réalités.

Photographe attitré de la revue, alors la plus influente en France, il parcourt le monde (l’Afrique, la Russie, la Chine ou encore les États-Unis) et réalise de nombreux reportages qui nourrissent le paysage visuel des français. Il est à l’initiative de la création de l’agence Top regroupant des archives de Réalités, au sein même de l’agence Rapho, qui le représente toujours aujourd’hui.

Au même titre que Willy Ronis, Édouard Boubat ou encore Sabine Weiss, l’oeuvre de Jean-Philippe Charbonnier est l’une des plus significatives de la photographie du XXème siècle.

Ses travaux sont publiés dans le monde entier et présentés dans des domaines divers comme la presse, la publicité, l’édition. Invité d’honneur aux cotés de Jean-Pierre Sudre et Denis Brihat aux Première Rencontres d’Arles en 1970, il y exposera en 1976.

La grande rétrospective au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 1983, regroupera 300 de ses photographies et sera un immense succès public. Il obtient en 1996 le Grand Prix de la Photographie de la Ville de Paris.

Expositions (partielle)

  • 1970, Les Rencontres d’Arles (France)
  • 1972, Maison de la Culture du Havre
  • 1983, Rétrospective 1944-1982, 300 photos, Musée d’art moderne de la Ville de Paris
  • 1984, Musée de l’Élysée, Lausanne
  • 1984 Centre photographique de Stockholm (Suède)
  • 1990, Musée Nicéphore-Niépce, Chalon-sur-Saône
  • 2006, Les photographes du magazine Réalités. Edouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Jean-Louis Swiners, Galerie Agathe Gaillard, Paris
  • 2014, Jean-Philippe Charbonnier. L’Œil de Paris, Crédit municipal de Paris, Paris
  • 2015, Jean-Philippe Charbonnier. Maison de la Photographie,Toulon

Publications

  • 1993, Les Enfants de Germinal, en collaboration avec Robert Doisneau et Willy Ronis, pour le livre de Cavanna, éditions Hoëbeke.
  • 1992, Chamonix, 40 ans dans la vallée, éditions Glénat.
  • 1983, Jean-Philippe Charbonnier 300 photographies 1944 – 1982, catalogue reproduisant toutes les photographies présentées à l’exposition au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
  • 1972, Catalogue de l’exposition à la Maison de la culture du Havre, introduction de Michel Tournier
  • 1961, Un photographe vous parle, éditions Grasset
  • 1957, Chemins de la vie, 70 photographies, Réflexions de Philippe Soupault, éditions du Cap.
  • 1955, « Bons pour l’asile », photos de l’article d’Hervé Bazin sur l’état déplorable des hôpitaux psychiatriques en France (« Réalités » janvier 1955)

Bibliographie

  • Réalités. Un mensuel français illustré (1946-1978), textes de Anne de Mondenard et Michel Guerrin, éditions Actes Sud / Maison Européenne de la Photographie, 2008
  • Encyclopédie internationale des photographes de 1839 à nos jours, Michèle et Michel Auer, 1985, édition Camera Obscura
  • Alain Bergala et Bruno Serralongue, Sam Lévin, Seuil/éditions du patrimoine, 1999.
  • Contemporary Photographers, Evans, Martin Marix, 1995, éditions St. James Press
  • Reporters sans frontières, texte de Michel Kempf, 2005, album 20

Exposition(s)